Thesis UFR Sciences Médicales Abidjan (Th. 6372)

Vécu social et problématique de la prise en charge des fistules urogénitales en Côte d'Ivoire

Dabah, Agouah Marie Laure Epse Gnanhouan ; BOHOUSSOU Kouacou Paul Eric ;

08/01/2018
UFR Sciences Médicales Abidjan Abidjan

Abstract: Matériel et méthode : Etude prospective menée au cours de sessions de caravanes chirurgicales sur 104 patientes. Les variables étudiées portaient sur le profil sociodémographique, les caractéristiques cliniques de la fistule, les conséquences sociales et l’itinéraire thérapeutique des femmes atteintes de fistule. Résultats : Le nombre moyen de patientes recensées par caravane était de 34,66 (extrêmes : 24 et 46 patientes). L’âge moyen de ces patientes était de 25,13 ans (extrêmes : 5 et 49 ans) au moment de la survenue de la fistule et de 32,98 ans (extrêmes : 16 et 62 ans) au moment de la prise en charge. Elles étaient non scolarisées dans 81,80% des cas et 80,80% d’entre-elles provenaient de milieux ruraux. L’étiologie de la fistule était majoritairement obstétricale (95,20%) ; l’accouchement en cause était le premier dans 35,36% des cas et avait abouti à la mortalité périnatale chez 90,90% des patientes, après une durée moyenne du travail d’accouchement de 45,88 heures. Apres la survenue de la fistule, le taux de patientes vivant seul était de 35,58 %, elles étaient rejetées par leurs conjoints dans 62,50% des cas, assistées par leurs familles dans 74,04% des cas et la perte d’activités génératrices de revenus était de 62,50%. Leur activité sexuelle avait été conservée dans 47,10% des cas et parmi elle, 22 soit 21,16% avait contracté au moins une grossesse. La durée moyenne d’évolution de la fistule avant la prise en charge chirurgicale était de 7,42 ans (extrêmes : 2 mois et 27 ans) sans qu’aucune prise en charge préalable n’ait été réalisée chez 48,10% d’entre elle. La sensibilisation sur l’existence d’un traitement avait été faite dans 54,80% des cas par un agent de santé. La distance moyenne parcourue pour avoir un traitement était de 158,46 km avec des extrêmes de 0 et 763 km. Conclusion : Les répercussions sociales et économiques des FUG sont considérables. Elles exposent les femmes atteintes de fistule à une précarité et une pauvreté qui contribuent à limiter l’accès aux soins.

Keyword(s): Fistule rectovaginale ; Femmes ; Psychologie sociale ; Mortalité périnatale ; Prise en charge de la maladie ; Qualité, accès, évaluation des soins de santé ; Obstétrique

The record appears in these collections:
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET-BOIGNY > Dissertations & Theses UFHB > Theses UFHB
BVESRS

 Record created 2018-02-19, last modified 2019-01-15



Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)