UFR Sciences Médicales Abidjan (Mém 2782)

Pathologie vésiculaire infectieuse et tumorale: Diagnostic et pièges. Revue iconographique à propos de 77 cas.

GUEI-KORE, Cyrille Emmanuel Gnaicaizi ; SEKA Assi Rémi ;

Abstract: Objectifs : Il s’est agi de rappeler les principaux aspects iconographiques rencontrés aux cours des pathologies de la vésicule biliaire obtenues par les différentes techniques d’imagerie, afin de présenter un atlas didactique montrant l’ensemble de la pathologie vésiculaire et les intérêts de chaque type d’examen. Patients, matériel et méthodes : Ont été inclus dans une étude rétrospective d’une période de trois ans ( de janvier 2012 à décembre 2015) les patients qui ont présenté une symptomatologie douloureuse de l’hypochondre droit confirmée par la présence d’anomalie au niveau de la vésicule biliaire ou des lésions de découverte fortuite au niveau de la vésicule biliaire. Les examens d’imagerie ont été réalisés à l’aide d’un échographe de marque SUPERSONIC. Les TDM ont été réalisées avec un scanner TOSHIBA de 64 Barrettes et l’IRM abdomino-pelvienne à l’aide d’un appareil GENERAL ELECTRIC. Résultats : Le sex ratio des patients était de 1.08 (40 femmes, 37 hommes). L’âge moyen était de 42 ans, (extrêmes 26 ans et 89 ans). Le délai entre l’apparition d’une douleur abdominale ou de l’hypochondre droit nécessitant une réalisation d’examens radiologiques a été compris entre une demi-journée et deux jours. Nous avons obtenu un atlas illustré décrivant : la lithiase vésiculaire non compliquée (25.97 %), la cholécystite aigue (18.18 %), le cancer vésiculaire (9.09%), les autres causes d’épaississements pariétaux vésiculaires ( 7.79%) l’adénomyomatose vésiculaire (6.49%), la cholécystite gangreneuse ( 6.49%), la cholécystite emphysémateuse (5.19%) , l’hydrocholécystite (3.90%), la cholécystite perforée ( 3.90%), la cholécystite chronique (3.90%), la cholécystite xanthogranulomateuse (2.60%) la choléstérolose ( 2.60%), l’adénome vésiculaire (1.30%), l’hémocholécyste (1.30%) et les métastases vésiculaires ( 1.30%). Conclusion : Les lésions de la paroi vésiculaire sont fréquemment rencontrées en imagerie. Les causes d’épaississement focal ou diffus de la paroi vésiculaire sont multiples, parfois d’origine extra biliaire et dominées par la pathologie bénigne et inflammatoire. L’exploration radiologique est dominée par l’échographie qui reste l’examen de première intention et est orientée avant tout par la clinique dont la prise en compte est un élément fondamental de l’attitude diagnostique. La TDM et l’IRM sont utiles en cas de pathologie maligne et dans les formes compliquées de pathologies inflammatoires.

Keyword(s): Vésicule biliaire ; Lithiase vésiculaire ; Cholécystite ; Tumeurs ; Radiologie

The record appears in these collections:
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET-BOIGNY > Dissertations & Theses UFHB > UFHB Dissertations
BVESRS

 Record created 2017-10-20, last modified 2019-08-06



Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)

The server encountered an error while dealing with your request.

The system administrators have been alerted.

In case of doubt, please contact bibliotheque@uvci.edu.ci.