Thesis UFR Biosciences (Th.665)

Multiplication du bananier plantain (Musa sp. AAB, cultivar Corne 1) : stratégies de conservation des rejet-écailles utilisés comme unités de propagation

BOYE, Mambé Auguste Denise ; ANNO, Abo Pierre (Dir)

24/07/2010

Université Cocody-Abidjan

Abidjan

Abstract: La banane plantain constitue une des principales cultures vivrières dans le monde avec une production de 86 Mt par an. Troisième produit vivrier après l’igname (3 Mt) et le manioc (1,7 Mt), sa production en Côte d'Ivoire est estimée à 1,42 Mt. Malheureusement, cette production est menacée par de nombreuses contraintes. En effet, la mise en place des exploitations bananières se fait habituellement avec des rejets baïonnettes réduits à l’unité par pied-mère, ce qui engendre des problèmes de disponibilité des boutures pour la création ou le renouvellement des exploitations bananières. Depuis la découverte des potentialités agronomiques des rejet-écailles, de leur importance (5 à 8) sur le rhizome du bananier plantain une nouvelle opportunité est offerte à la culture bananière. Toutefois, ils sont puissamment inhibés une fois détachés du bulbe parental. Un des moyens pour esquiver cette dormance naturelle des rejet-écailles serait de les conserver. Cette approche permettra de disposer de "semences" en quantité suffisante. Pour ce faire, les rejets ont été soumis à différents temps de déshydratation et de réhydratation. Leurs effets sur la morphologie et les performances au champ des rejets ont été étudiés. L’étude a montré que le délai de survie des rejets en condition de stress hydrique a été de 3 mois. Les effets similaires des 2 et 3 mois de déshydratation ont été caractérisés par une inhibition de la partie aérienne des plantes (H, C) et un allongement du cycle de production. Les paramètres de croissance, de développement et les masses des régimes des bananiers issus des rejets prétraités par un mois de déshydratation n’ont pas été significativement différents de celles des témoins. Par contre, les bananiers issus des rejets traités par 2 et 3 mois de déshydratation ont donné une masse de régime (5 kg) inférieure à celle des témoins (8 kg). Les résultats ont montré que la déshydratation contrôlée jouerait un rôle dans la levée d’inhibition des rejet-écailles et la réhydratation de 15 j serait nécessaire pour l’éveil.

Keyword(s): Physiologie des micro-organismes et des plantes ; Physiologie végétale ; Rejet-écailles ; Déshydratation ; Banane plantain ; Côte d'Ivoire

The record appears in these collections:
UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET-BOIGNY > Dissertations & Theses UFHB > Theses UFHB
BVESRS

 Record created 2020-01-06, last modified 2020-01-08


Fulltext:
Download fulltext
PDF

Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)

The server encountered an error while dealing with your request.

The system administrators have been alerted.

In case of doubt, please contact bibliotheque@uvci.edu.ci.